tara et moi

Dis donc, ça comment à faire un moment que je n’ai pas mis les pieds par ici… Le blog a lui aussi le droit à des vacances il faut croire! Non en fait et pour être honnête avec vous, le mojo de la couture a décidé de partir en vacance et m’a laissé un arrière goût assez amère.
Tout à commencé en juillet quand j’ai voulu me coudre une deuxième robe bleuet en chambray rouge. Allez savoir pourquoi mais impossible de faire l’ajustement petite poitrine que j’avais réussi à faire pour la première. Non pour être plus précise, impossible de réaliser un ajustement petite poitrine SUR UN SEIN en particulier sans avoir des plis disgracieux. J’ai insisté lourdement, J’ai décousu 3 fois et je me suis appliquée comme une malade mais non impossible. Vous n’imaginez pas comment j’étais en colère (demandez plutôt à Chéri qui a subit ma mauvaise humeur à table ce soir là) et puis au final je me suis dit que je m’y remettrais plus tard à tête reposée. Sauf que ma bleuet est toujours dans mon placard…

Puis, j’ai eu envie de me coudre une robe en liberty. J’ai pas mal hésitée entre faire une Chardon à manches courtes ou tester la robe Marie d’un « été couture » de Géraldine (RdC). Je me suis laissée convaincre par les copines Instagrameuse et je me suis lancée dans la Marie DIRECTEMENT DANS MON LIBERTY. Je ne sais pas ce qui m’a pris, il faut croire que j’aime tenter le diable! Malgré le fait d’avoir lu sur de nombreux blogs que la robe comportait des erreurs j’ai quand même coupé directement dans mon liberty. Résultat des courses : problème d’encolure et de manches. Bref celle-ci aussi a fini dans le placard (avec la bleuet elles se tiennent compagnie).

Après ces deux échecs mon moral couture a commencé à baisser à son niveau le plus bas. Je pense que ça arrive à beaucoup d’entre nous mais à un moment donné on commence à se remettre en question et c’est exactement ce qui m’est arrivé cet été. Je me suis beaucoup interrogée sur la place que prennait la couture dans ma vie, je me suis demandée si j’avais encore envie de continuer mon blog ou si je n’avais pas envie de le faire évoluer, si derrière mon écran il y avait des personnes qui me lisaient et si mes articles étaient bénéfiques à d’autres personnes? Et puis au fur et à mesure que le temps passe, j’ai l’impression que la couture m’apporte plus de chose que mon « vrai » métier. Je ne vais pas vous mentir, quand je vois depuis quelques temps le nombre de créateurs indépendants qui sortent des patrons ça donne envie. On se demande « pourquoi pas moi »? Et puis reviennent les vieilles angoisses de l’absence de confiance en soi. Bref voilà pourquoi j’ai été quelques peu absente.

La sortie du prochain patron de Deer & Doe (mercredi) m’a redonné un coup de pied aux fesses et j’ai ainsi retrouvé le chemin de mon blog. Donc dans les semaines à venir je vais vous montrer ce que j’ai cousu avant et après mon coup de déprime, pas forcément dans l’ordre dans lesquels je les ai cousu mais on s’en fiche un peu.

La première création est une robe dont je suis particulièrement fière. C’est celle que j’ai cousu pour le mariage de mon frère et qui est largement, voir honteusement copiée, inspirée d’une robe Tara Jarmon vu il y a quelques années…

98371825

98371829

98371831

98371832

98371838

Elle est absolument parfaite et correspond exactement à ce que je voulais. Je me suis appliquée comme jamais, j’ai bien évidement cousu une toile avant, ajustée la robe au millimètre près afin qu’elle soit élégante et confortable et je plus que satisfaite du résultat.

Le tissu est une gabardine moyenne trouvée lors de ma dernière virée au marché de la Plaine. Emilie qui était là lors de ladite virée en a pris aussi. Allez jeter un coup d’oeil sur les tenues qu’elles a cousu pour toute sa famille

Quelques détails de ce corsage de rêve…

98371954

98371960

98371967

98371977

Elle a remporté un énorme succès auprès de mon entourage et j’étais particulièrement fière de la porter ce jour là. D’autant que j’étais le témoin de mon frère 😉

Bon week-end !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *