Manteau Automne-Hiver 2016 #2

Ah ça fait un moment que j’ai envie de vous parler de cette cousette dis donc mais pour ça il a fallu attendre que les températures chutent un peu…

Alors je sais que certaines me diront qu’en ce moment par chez moi il fait très beau, et même assez chaud en journée, ce qui est vrai d’ailleurs, et pourtant cela fait 15 jours que tous les matins je gratte ma voiture… Et psychologiquement dès que j’ai cousu le manteau dont je vous parle aujourd’hui je me suis dis qu’à partir du moment où je gratterais le matin, que je verrais le paysage tout blanc de verglas (j’habite à la campagne ça y joue aussi) je porterais mon manteau.

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

L’histoire de ce manteau commence il y a quelques mois, j’en ai déjà parlé quand j’ai présenté mon manteau Montmartre – STOP petite parenthèse justement, plusieurs d’entre vous m’ont dit ne pas comprendre l’intérêt d’un manteau qui ne se ferme pas. J’avoue que je suis de celle qui adooooore les manteaux qui se portent ouverts. Je trouve que ça a une classe folle d’un point de vue style et puis tant qu’il ne fait pas trop froid ça ne me dérange pas. Je le porte avec une grosse écharpe pour ne pas attraper froid et ça passe très bien mais je peux comprendre que ça ne plaise pas à tout le monde 😉 L’éternel « les goûts et les couleurs… ». Ah oui et pendant qu’on y est vous avez été nombreuses à me dire de porter ma robe plantain-zéphyr avec une ceinture sauf qu’en vrai même si ça casse un peu le côté tout came la ceinture ne tient pas en place s’il n’y a pas de passant… FIN STOP – dès que les températures ont commencé à baisser la question du manteau de cet hiver à refait surface. Mon manteau Quart, même si encore en très bon état, ne me plaisait plus et j’avais envie d’un autre style.

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Le choix du modèle s’est fait assez rapidement puisque j’avais déjà en ma possession depuis sa sortie le manteau Cascades Duffle Coat de Grainline. A la base (il y a 2 ans donc) c’était la version courte qui me plaisait sauf qu’après un premier essai (qui a fini à la poubelle) je trouvais cette version vraiment trop courte. Et puis vous connaissez la chanson « les goûts et les couleurs… » ça change avec le temps ! Je suis donc partie cette fois ci sur la version longue avec capuche (merci Mag de m’y avoir poussé d’ailleurs 😉 )

Alors on ne va pas se mentir, c’est loin d’être un projet reposant et rapide mais j’ai ADORE le coudre. Autant j’aime coudre des projets faciles et rapides autant parfois, quand ça me prend, j’aime particulièrement passer des heures sur un projet. J’y ai passé un week-end entier dessus. Un week-end entier passé dans mon atelier, à prendre mon temps, à observer au fur et à mesure l’avancement du projet. Bref un week-end de rêve !

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Alors autant c’est un gros projet qui prend du temps autant je ne l’ai pas trouvé si difficile que ça. Non franchement ! Pour moi les deux grosses difficultés de ce modèle c’est :

  • La pose des boutons/empiècements en cuir : c’est LE truc qui m’a fait suer pour ce manteau. A la base j’en avais acheté des touts faits, sauf que je les avais cousus à ma première version donc inutilisable une seconde fois. De toute façon je trouvais que je les avais cousu comme une cochonne. Il faut savoir que les empiècements en cuir si tu te loupe ça ne pardonne pas parce que si tu découds tu as toujours la marque de ton aiguille… Bref J’ai préféré re-découper les arrondis dans un morceau de cuir que j’avais en ma possession et j’ai bien fait attention pendant toute ma couture en y allant très très doucement. Et pour les liens qui tiennent les boutons j’ai simplement découpée de fines bandes de cuirs pour aller avec

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

  • La pose de la fermeture éclair intérieure : Pareil moment un peu délicat, il faut être assez précis mais en suivant les instructions et/ou le sew along prévu sur le site ça passe. Pour ma part je n’avais pas de fermeture éclair aussi longue que préconisé. Du coup j’ai adapté la longueur de mes bandes qui maintiennent la fermeture pour que ça coïncide avec celle ci.

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Après le reste c’est du classique pour un manteau, des poches doublées plaquées (simple), une doublure, une capuche … Les instructions sont en anglais mais il y a énormément de schémas dans les instructions (qui font 38 pages !!!!!!) et beaucoup de photo dans le sew along.

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Niveau modification j’en ai faite avant de couper mon tissu. En effet quand j’ai positionné mes pièces de patrons devant moi pour voir où elles tombaient j’ai trouvé que le manteau tombait vachement bas. Donc d’office j’ai réduis de 4cm la hauteur totale mais comme je voulais une réduction harmonieuse et que le devant et le dos sont composés de 2 pièces (une partie basse et une partie haute pour le devant, idem pour le dos) j’ai réduis ma partie basse de 2cm et ma partie haute de 2cm. Et franchement je ne regrette pas !

Pareil pour les manches, en positionnant la pièce de patron sur mon bras j’ai trouvé qu’elles étaient très longues. J’ai donc réduis d’office de 2,5 cm la longueur totale. Bon pour le coup à refaire je ne modifierais rien parce qu’autant quand j’ai les bras le long du corps ça va, la longueur est parfaite autant quand je conduis elle remonte un peu trop et même avec mes gants on voit un bout de peau. Je crois que c’est le seul défaut que je lui trouve à ce manteau d’ailleurs !

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Pour le tissu principal j’ai utilisé un tissu que j’avais en stock depuis au moins 2 ans, un lainage Lacoste noir épais assez lourd acheté chez Monsieur Albert pour faire un manteau pour mon chéri. Hum j’avoue au bout de 2 ans j’ai décidé que finalement coudre un manteau pour lui n’était pas une si bonne idée et qu’il n’en avait peut-être pas l’utilité… (Ce n’est pas comme s’il avait le même manteau depuis au moins 6 ans, dont la doublure intérieure est trouée alors que moi j’ai un placard plein de manteau hein ! ) Psychologiquement je crois que je ne suis pas encore prête à passer 2 jours dans mon atelier pour coudre un truc pour lui… cela fait il de moi une petite amie indigne ?

Bref le tissu est vraiment top. Un lainage 100% laine très beau, de très belle qualité, d’un noir parfait (oui oui ça existe des noirs imparfaits) par contre comme je l’ai dit plus haut il est assez lourd et heureusement qu’il y a la doublure parce qu’à même la peau il gratte un peu !

Et pour la doublure j’ai décidé de me faire plaisir. J’avais le choix entre mettre une doublure classique, c’est à dire une doublure fine, qui glisse mais je voulais absolument un manteau chaud. C’est toujours ce que je reproche aux manteaux du commerce, le fait qu’ils ne soient pas chaud (hormis les doudounes) parce que même si le lainage de base est épais, bien souvent la doublure est « classique » donc non chaude. Et moi je voulais avoir chaud dans mon manteau et pas mettre de triplure, polaire… 😉

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Du coup j’ai ressorti mon tissu fourrure noire achetée lors d’une vente de tissus Agnès b à Aix en Provence. Autant sur le coup ça m’avait un peu ennuyée que la vendeuse m’oblige à en prendre 3 mètres alors que je n’en voulais qu’un, autant quand j’ai voulu en faire ma doublure j’étais bien contente d’en avoir autant. Et il m’en reste encore… Ce tissu c’est une pure merveille. Bon à part une doublure je ne sais pas trop quoi en faire mais il est d’une douceur ! Limite tous les matins quand j’enfile mon manteau je gémis tellement c’est confortable, doux, réconfortant… J’ai l’impression d’être de nouveau dans mon lit. C’est un peu la misère à couper parce que ça met des poils partout et que j’en ai mis plein la maison mais je ne regrette pas un seul instant de l’avoir utilisé pour ce projet.

Par contre comme ma doublure est plus épaisse que mon tissu principal, la logique (ou le bon sens) aurait voulu que je coupe mon tissu principal une taille au-dessus que ma doublure pour avoir un peu plus d’aisance. Ce que je n’ai pas fait. Chez moi ça passe bien parce que je suis assez fine niveau bras donc même avec une grosse doublure j’ai un peu de marge je peux bouger mes bras ou porter un gros pull en dessous (mon pull coastal passe largement dedans) mais l’idéal si vous utilisez une doublure plus épaisse est quand même de couper une taille au-dessus votre tissu principal ou de réduire les marges de celui-ci (exemple : si les marges sont de 1,5cm peut être coudre le tissu principal avec 1cm de marge et la doublure avec 1,5cm). Je ne suis pas expert en la matière mais je pense que ça doit fonctionner.

Duffle coat - Grainline - décembre 2016

Niveau rendu final je suis ultra fan du résultat. Il n’a peut-être rien d’exceptionnel, les lignes sont droites, classiques mais j’aime le rendu sur moi. Un côté un peu masculin qui me plait énormément. Après c’est toujours une question de goût mais moi j’aime et c’est le plus important je trouve.

Et alors la question la plus importante : Est-il chaud ce manteau ? OUI sans hésiter. Actuellement il est parfait pour le matin et le soir et le midi quand je rentre chez moi manger je le laisse ouvert mais j’ai bon espoir que les températures chutent encore.

Par contre entre le lainage qui est lourd, la fausse fourrure qui elle-même est assez lourde et la fermeture éclair en métal qui est lourde je peux vous dire que ce manteau il pèse un âne mort ! Au début j’étais un peu déroutée mais on s’habitue vite à cette sensation de chaleur/lourdeur sur ses épaules.

Aurais-je trouvé mon manteau idéal pour l’hiver ? Je ne m’avance pas trop puisque ça fait seulement 15 jours que je le porte mais c’est la première fois de toute ma vie que j’aime autant un manteau (que ce soit du fait main ou du commerce). Limite il m’en faudrait un deuxième en camel et je serai heureuse ^_^


details techniques :

Fournitures :

  • 2m de lainage noir Lacoste de chez Mr Albert (Marseille)
  • 2m (voir moins) de fausse fourrure noire Agnès b
  • 1 fermeture éclair en métal de 45 cm
  • Chutes de cuirs
  • Boutons noirs

Modifications :

  • -4cm en hauteur pour le corps + doublure (2cm sur la partie basse et 2cm sur la partie haute)
  • -2,5cm en hauteur pour les manches + doublure

 

17 commentaires sur “Manteau Automne-Hiver 2016 #2

  1. Atelier de Claire dit :

    Il te va super bien ce nouveau manteau ! Je découvre au passage ce modèle qui est très sympa avec ses lignes sobres … Moi qui étais en recherche d’un chouette manteau pour remplacer ma guenille actuelle, si je n’avais pas découvert le Précieux de On dirait des Vrais hier, je me serais sans doute laissée tenter !
    Et le côté douillet et bien chaud de ta version avec doublure en fourrure fait juste rêver aussi ! A tester !
    Pour ce qui est de porter ou pas le manteau ouvert, je partage ton avis sur le fait que c’est super classe un manteau ouvert … mais dans la pratique, et dans ma contrée froide et venteuse en hiver, ce n’est juste pas possible, sous peine de congeler sur place !
    A bientôt, belle fin d’année, bises.

  2. Nabel dit :

    Il est très beau ce manteau ! Et avec ce tissu doudou à l’intérieur, je comprends que tu aies l’impression de retourner sous ta couette quand tu le mets !
    Merci pour le truc taille / doublure épaisse.

  3. Murielle dit :

    Sympa cette version en noir, qui donne une touche d’élégance à ce modèle. Ayant déjà réalisé ce manteau (https://double-clic-et-vieilles-dentelles.blogspot.fr/2016/03/le-cascade-duffle-coat.html), je suis un peu surprise par la longueur de ta fermeture éclair : comme se fait-il qu’elle ne descende pas plus bas? Dans le mien, la fermeture descend jusqu’en bas des poches, peut-être as-tu opté pour la fermeture de la version courte du patron ? Moi, il m’a fallu un mois pour en arriver à bout et j’avoue que je ne pouvais plus le voir en peinture ce manteau! Sinon, je le porte pas mal mais ce que je lui reproche, c’est son poids : il est terriblement lourd (sûrement à cause des tissus que j’ai utilisés) et j’ai du mal à le supporter toute une journée. En tout cas, je confirme : c’est un super patron et les explications sont parfaites;

  4. Laure dit :

    Mais quel boulot !!!! Bravo pour cette réalisation du tonnerre. La doublure a juste l’air…. mmmmmm…. délicieusement confortable ! Et puis la coupe étant simple, peut-être cela te permettra de l’apprécier longtemps, longtemps ! On se lasse moins des basiques que des vêtements plus pointus…

  5. Martine dit :

    Je ne suis pas du tout « duffle coat » mais là je dois avouer que je suis convertie par ta réalisation qui est un véritable chef d’oeuvre ! Et comme d’habitude il te va très bien, c’est la classe ! Bravo.
    J’ai aussi été séduite pas aldaïa et Madeleine et j’espère que tu blogueras les deux 😉
    Excellent week-end

  6. Palounette dit :

    La boutique Agnes B Aix vend actuellement du tissu d’anciennes collections à 5 € le mètre!!! Ils sont très beaux, j’en ai acheté plein.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *